10.06.2010

Boris Klein présent à Promaude

Klein_1.jpg

La passion qu'il porte à son métier est contagieuse. Boris Klein, le ferronnier d'art de l'avenue Saint-Marc, a encore partagé ce feu sacré avec les très nombreux visiteurs de la toute dernière édition de Promaude.

Ceux-ci, accueillis à l'entrée du site de Gaujac par les bruits métalliques des marteaux et la rougeur des flammes, ont pu apprécier les nombreuses facettes d'un métier qui, dans notre département, suscite des vocations. Car Boris Klein, s'il aime échanger avec les visiteurs des différentes manifestations auxquelles il participe, tient également à partager avec ses confrères.

C'est ainsi qu'à son initiative, six d'entre eux ont animé sans relâche, de 10h du matin à la fermeture du site, les quatre jours de cette belle vitrine économique et artisanale de la région lézignanaise. Le vendredi tout d'abord,  devant les enfants  qui ont forgé des clous en respectant les consignes de prudence promulguées au préalable. « Plus tard, je serai forgeron ! », pouvait-on entendre de la bouche des jeunes écoliers ... un message est passé ...

Face à l'ensemble des visiteurs ensuite, étonnés par les techniques, les outils ou la créativité de ces hommes de l'art. Entre fer et feu, au plus près de la matière qui prend vie et se transforme pour trouver, sous les coups de marteau, sa forme définitive, Boris Klein, bien épaulé par Philippe Moritz, jeune apprenti ornaisonnais, a su captiver et faire apprécier à sa juste valeur l'importance du détail et le souci du travail bien fait.

« Ces rencontres sont importantes ; elles nous permettent de nous retrouver entre professionnels et de découvrir ou d'affiner de nouvelles techniques ; mais qu'on ne s'y trompe pas, celles-ci émanent de ce que nos ancêtres savaient déjà faire il y a bien longtemps. De plus, je souhaitais rendre cette exposition vivante, c'est pour cela que nous avons réalisé certains objets sur place, devant les visiteurs ; et cela a suscité leur curiosité et a généré de nombreuses questions pertinentes », insiste Boris Klein.

Des techniques qu'il peaufine donc régulièrement avec d'autres ferronniers audois - une association les regroupant devrait voir le jour bientôt - et dont profitent les clients de son atelier « L'Art de Fer ».

Klein_2.JPG

Du côté des organisateurs, en l'occurrence l'association Promaude, la satisfaction est également totale, et beaucoup furent surpris de l'énergie dépensée sans relâche par Boris et ses collègues. Une animation qui a donc fait l'unanimité et qui pourrait bien, à terme, se décliner sous une autre forme sur le sol ornaisonnais. « Nous souhaiterions pouvoir organiser ici un salon des arts du feu où ferronniers, potiers et verriers d'art pourraient exposer et faire mieux connaître leurs différentes activités », dévoile Boris, qui souhaite prendre le temps de mûrir ce projet ambitieux mais ô combien alléchant.

En attendant, si les marteaux ne résonnent plus à Gaujac, le fer rougit à nouveau avenue Saint-Marc, là où la créativité et le savoir-faire guident la main de l'artiste.

Photo 1 : B. Klein - à g - et Ph. Moritz à l'œuvre ... d'art.

Photo 2 : la composition florale réalisée sur place et offerte aux organisateurs.