04.12.2013

La bibliothèque au service de tous

Philoparlottes 002.jpg

Une des missions de la bibliothèque est de faciliter les échanges et les rencontres entre lecteurs. Une réunion mensuelle a lieu le mardi soir à 20h30 : les philo-parlottes.
Vous aimez lire et découvrir de nouveaux auteurs, parler de vos lectures, donner votre avis, raconter, critiquer, sourire ou râler dans un climat convivial? Rien de tel pour se mettre en condition qu’un « coup de coeur » des lecteurs.
Ambiance joyeuse le 19 novembre dernier, plaisir de se retrouver pour partager des émotions littéraires.
La plupart des ouvrages lus mêlent trajets individuels et grande Histoire:
« La vie d’Irène Nemirovsky » de Olivier Philiponnat et Patrick Lienardt romanesque et tragique destin d’un écrivain russe.
« Au revoir là-haut » de Pierre Lemaitre, toujours la guerre avec son cortège de malversations et de profiteurs.
« Quand les colombes disparurent » de Sofi Oksanen, occupation, résistance, collaboration en Estonie.
« Le quatrième mur » de Sorj Chalandon, récit d’une représentation théâtrale sur le théâtre de la guerre civile.
« Je ne t’oublierai jamais» de Florence Cadier.
« A moi seul bien des personnages » de John Irving, hymne à la tolérance de la différence dans l’Amérique de la seconde partie du XXème siècle.
Jouons à nous faire peur avec « Séquestrée » de Stevens Chevy.
Un peu de douceur romantique avec Irving Washington et ses « Contes de l’Alhambra » qui nous a fait voyager dans la vieille Espagne du XIX siècle.
Espérance mêlée d’humour et de tendresse : « Billie » d’Anna Gavalda.
Nous avons terminé le coeur léger et pour parodier le dernier auteur : ensemble c’est tout.
Prochaine réunion le mardi 17 décembre avec pour sujet le traditionnel « Noël ». A vos lectures.
Bibliothèque Municipale, Maison Fabre, avenue des Corbières 11200 ORNAISONS Tel : 0468273344

Philoparlottes 001.jpg

28.10.2013

Le ferronnier d'art Boris Klein forge en pays catalan

IMG_0086.JPG

Du 18 au 20 octobre, le ferronnier d'art ornaisonnais Boris Klein, de l'atelier « L'Art de Fer », participait aux 13èmes Rencontres Européennes de Ferronnerie d'Art d'Arles-sur-Tech, dans les Pyrénées-Orientales. A cette occasion, ce sont environ 150 forgerons ferronniers venus de toute l'Europe qui ont exposé leurs œuvres et ont proposé des démonstrations impressionnantes de ce savoir-faire ancestral.

IMG_0096.JPGL'Association des Ferronniers Forgerons Audois, dont Boris Klein est le Président, était grandement représentée lors de ces Rencontres Européennes. Son investissement dynamique et son professionnalisme ont contribué à la pleine réussite de cette manifestation.De nombreux ferronniers d'art audois, et notamment Boris Klein, ont participé, aux côtés de confrères venus d'autres horizons, à la création d'une œuvre d'art monumentale destinée à être installée dans la commune de Taurinya, dans les Pyrénées-Orientales, sur la fameuse route du fer du Canigou, rendant ainsi hommage aux Hommes qui, depuis plus de 2000 ans, extraient et travaillent le fer sur les flancs escarpés du majestueux sommet catalan.

 

Après avoir contribué à l'élaboration de cette œuvre magistrale imaginée par Joël Oulié, maître de forge installé dans le Tarn, Boris confiait « son grand plaisir de participer à ces rencontres qui sont, depuis des années, une histoire d'amitié et qui correspondent bien aux valeurs essentielles de notre artisanat d'art : l'échange et le partage des connaissances. »

 

Après Promaude à Lézignan et les journées des métiers d'art à Montolieu, Boris Klein continue, avec ces rencontres d'Arles-Sur-Tech, à faire vivre et promouvoir un artisanat d'art multiséculaire qui est pour lui plus qu'un métier, une véritable passion.

IMG_0089.JPG

 

25.09.2013

ZStudio s'installe à Ornaisons

IMG_0023.JPG 

Depuis quelques semaines, la zone d'activités d'Ornaisons n'a plus grand chose à envier à l'illustre Abbey Road londonienne et la maison aux murs rouges qui s'y trouve prend des airs de château d'Hérouville ou de Miraval...

 

En effet, et c'est un événement majeur pour le village, le jeune narbonnais Antoine Miquel vient d'y installer un studio d'enregistrement flambant neuf et doté d'un matériel professionnel à la pointe de la modernité.

 

A quatre ans, Antoine entrait au Conservatoire et, dès sept ans, il découvrait sa première table de mixage. Une passion venait de naître... Par la suite, et parallèlement à ses études de musicologie, le jeune musicien pratiquait la guitare dont il allait enseigner l'art dans les écoles de musique de Sigean et Leucate. C'est donc tout naturellement que sa passion pour la musique allait l'amener à créer un studio d'enregistrement.

 

Après quelques recherches, c'est sur la maison rouge de la zone d'activités d'Ornaisons qu'allait se porter son choix. « L'emplacement est idéal, précise Antoine. Le calme de la campagne, la proximité des Corbières et de la Robine créent un climat propice à la création artistique et, notamment, musicale. De plus, la maison est assez isolée tout en restant proche de la ville de Narbonne. »

 

Tout était réuni pour mener à bien le projet et ZStudio pouvait s'installer à Ornaisons.

 

Le lieu est maintenant ouvert à tous les musiciens, professionnels ou amateurs, qui souhaitent enregistrer leurs compositions ou leurs prestations, de la maquette au produit fini. Outre le suivi professionnel de toutes les phases d'enregistrement par l'intermédiaire du logiciel Pro Tools, Antoine Miquel propose des formations aux techniques du son, des cours de guitare mais aussi des animations événementielles et la sonorisation de concerts.

 

Souhaitons à Antoine que ZStudio connaisse un grand succès, reçoive de nombreux artistes et, comme le dit la chanson, « Let there be sound » !

Pour tout renseignement :

ZStudio, Antoine Miquel, ZA Avenue des Corbières, 11200 ORNAISONS,

Tel : 06 13 84 16 20, zstudio@sfr.fr, http://zstud85.wix.com/zstudio

 

23.09.2012

L’Antre-Parenthèse fait sa rentrée

Izquierdo_rentree.jpg

Après un été très chargé, marqué notamment par son exposition au CLAP de Paraza, l’aquarelliste Corinne Izquierdo retrouve ses quartiers ornaisonnais et l’animation de stages au succès reconnu. Dans son atelier, l’artiste a élaboré un programme qui débutera le lundi 24 septembre sur le thème de la transparence du verre et se poursuivra à l’occasion de la 1ère Biennale Internationale de l’Aquarelle de Narbonne les 19 et 20 octobre, dans les locaux de l’Office du Tourisme. A cette occasion, Corinne présentera également 4 de ses aquarelles et animera deux démonstrations les lundis 8 et 15 octobre.
L’Antre-parenthèse, 66 avenue des Corbières – Tel : 04 68 48 81 97
Le calendrier et contenu des stages sur http://www.corinne-izquierdo.com
 
Photo : des stagiaires très attentifs

10.09.2012

Swing Spirit a honoré Charles Trenet

Trenet_1.jpg

« Je vis un moment magique, c’est un rêve qui se réalise !». Pascal Girard, en quelques mots et des étoiles plein les yeux, résume à merveille ce qu’ont vécu avec lui les membres du groupe Swing Spirit. Le bassiste de la rue des Bons Enfants n’oubliera jamais cette journée ; avec Pierre Hénaff, l’enseignant de la rue du Pech, Marc Berthomieu, futur résident des Auberges, et Guillaume Oulès, le Narbonnais, il a concouru pour le prestigieux prix SACEM du festival Trenet. Et sur la grande scène, dans un environnement très professionnel, les 4 compères, habitués à des représentations plus confidentielles, ont assuré !
Trenet_2.jpg
 
La voix de Pierre, les textes de Marc et le talent de tous ont étonné une foule conquise par leurs 2 interprétations ; « Le grand café » tout d’abord, pour une reprise enlevée du succès du grand Charles, puis une composition de Marc, toute en souvenir et sensibilité, qui a transporté le public vers les chalets de Gruissan. Devant la scène, leurs nombreux supporters ornaisonnais ont donné de la voix, devant un Laurent Boyer surpris par tant d’enthousiasme. Si le choix du jury s’est porté sur un autre concurrent, les audois, les seuls à ne pas envisager une carrière professionnelle,  peuvent être fiers de leur prestation ; après l’annonce du verdict, tous les musiciens et les membres du jury, dont l’intemporelle Juliette Gréco, se sont retrouvés devant la foule pour un moment que nos artistes ne sont pas prêts d’oublier. Bravo à eux !
 
 
Photo 1 : moment intense pour les 4 artistes
Photo 2 : Marc Berthomieu au micro de Laurent Boyer

04.09.2012

Corinne Izquierdo plébiscitée

Izquierdo_3.JPG

 
De l’aquarelle au bord de l’eau … il suffisait d’y penser …  En invitant l’artiste peintre ornaisonnaise Corinne Izquierdo dans ses locaux, le CLAP de Paraza a touché juste ; là où l’émotion se créé, où elle s’intensifie avant de glisser, sans se diluer, au fil d’un canal rafraîchissant. Une nouvelle fois, Corinne séduit un public toujours plus nombreux. On sent chez ce dernier une attente, celle de la surprise, générée par le talent et une sensibilité sublimée par une maîtrise technique remarquable. Dans les salles d’exposition, les commentaires, toujours très personnels, se dévoilent par petites touches ; la douceur, la légèreté, l’intensité y sont maintes fois évoquées, comme pour relayer ce que la main de l’artiste a couché sur la toile. La Place du Capitole à Toulouse, une dune, quelques fleurs, une poitrine dévoilée, autant d’instants captés par le pinceau pour rester là, immobiles et vivants à la fois, suspendus dans le temps. Et c’est peut-être là que réside le secret de Corinne, dans cet art de capter un instant de vie et les émotions qui l’entourent pour l’immortaliser.
 A visiter sans modération, du 25 août au 16 septembre, le CLAP, 6 rue Parrot à Paraza (11200)

12.06.2012

Quand Corinne Izquierdo livre tout son talent …

Izquierdo_1.JPG

 
De la rencontre entre deux arts, peinture et écriture, de l’amitié entre deux femmes, Corinne Izquierdo, aquarelliste, et Martine Biard,  poète, est né un bel ouvrage. « L’aquarelle montre patte blanche » dévoile un univers où la quête de la sérénité prend une dimension éternelle. Le blanc comme une nécessaire halte, une réponse à nos maux, un inaccessible idéal. Entretien avec une artiste et son univers apaisant.  
 
Corinne, pourquoi cet ouvrage et pourquoi maintenant ?
C’est la concrétisation d’une expérience acquise sur les stages à thème « Peindre un sujet blanc » que j’anime depuis 2004. Le déclic vient des retrouvailles avec l’écrivain Martine Biard, mon amie d’enfance, et l’envie à toutes les deux de « fêter la vie » à notre façon,  l’année de nos 50 ans,  après être passées  par de lourdes épreuves …
 
Quelles sont vos principales sources d’inspiration ?
J’aborde certains thèmes suivant les lieux d’exposition, par exemple celui du « petit métier » de pêcheur à Gruissan, celui du rugby et du Stade Toulousain à Toulouse … Mais mon inspiration principale est liée à mon environnement quotidien : notre maison à Ornaisons en fait partie, tant pour la décoration intérieure que par le jardin très fleuri dont mon mari Rémi est le maître d’œuvre. Mon autre source d’inspiration est mon attachement à mes racines familiales, par exemple « dentelles et chiffons d’Annie », ma mère,  ou « façade andalouse » pour mon père arrivé en France à 9 ans. 
 
Selon vous, quels sont les liens entre poésie et aquarelle ?
Tout art est complémentaire et donc lié. Dans mon livre, la poésie est jumelle de l’aquarelle par des notes de fraîcheur, le romantisme, une philosophie de vie, ou tout simplement un message d’optimisme à transmettre   dans une société où l’on parle sans cesse de problèmes. Les lignes écrites que j’ai choisies  pour quelques aquarelles sont imprégnées de symboles autant que chacune de mes lignes de dessin. Les unes et les autres sont un moyen d’expression où le charme opère et lorsque les deux se mêlent,  la lecture est d’autant plus belle.
 
Quelle place prend votre art au quotidien?
La création fait partie de mon quotidien et je n’ai ni heure ni jour férié si l’inspiration est au rendez-vous ; de plus j’organise des stages ou participe aux salons internationaux de l’aquarelle en été lorsque la plupart sont en vacances...mais en même temps on ne s’ennuie jamais avec un esprit créatif à la maison !!! Comme mon travail est avant tout une passion, je n’ai pas l’impression de travailler et beaucoup de mes élèves - certains depuis plus de 15 ans - sont devenus des amis ; que ce soit la partie pédagogique dans mon rôle d’enseignement ou la partie créative des aquarelles que je peints, cela  forme un tout si intimement lié à ma vie personnelle  que je peux dire que je ne serais pas différente  si ma  notoriété évoluait. Je sais où je suis et je me sens à ma place. Je confirme ma devise qui me donne tant de bonheur à peindre : « Mon cœur se pose là où c’est calme … » ; cette quiétude nous l’avons depuis que nous sommes installés à Ornaisons.
 
Izquierdo_2.JPG
 
Quel est le rôle de Rémi, votre mari, dans cette aventure ?
On me reproche de fuir les vernissages, de ne pas prendre le micro,  de ne pas savoir me « vendre »… Là, Rémi joue un rôle important, celui d’attaché de presse ; on a trouvé un équilibre dans cette complémentarité. En même temps,  il a une part en lui de sensibilité - ses poèmes dans le livre en témoignent -  qui lui permet de me comprendre et de si bien respecter mes rêves. Son plus beau rôle est surtout de me permettre d’accueillir chaque jour comme un don de bonheur.
 
Des projets dans un avenir proche ?
Un été bien rempli avec un stage d’une semaine début juillet, la vente de mon livre au Salon International de l’aquarelle à Saint-Yrieix, puis une exposition au C.L.A.P à Paraza du 24 août au 16 septembre, avec deux stages en week-end sur le thème des « sujets blancs », plusieurs séances de démonstrations et de dédicaces. Ensuite je participe activement à la biennale de l’aquarelle à Narbonne, en étant sélectionnée mais aussi en animant des démonstrations les 8 et 15 octobre, ainsi qu’un stage de deux jours les 19 et 20 octobre. 
 
A découvrir également sur : www.corinne-izquierdo.com  et dans le prochain magazine national         « L’art de l’aquarelle » à paraître en juin.