29.08.2014

Les mystères d'Ornaisons...

 

IMG_0059.JPG

Nos concitoyens ornaisonnais sont confrontés depuis quelques mois à des mystères inquiétants dont l'épaisseur insondable ferait passer l'énigme de l'homme au masque de fer pour une aimable plaisanterie de mardi-gras.

Certains sont amusants...

En début d'été, un promeneur tomba par hasard sur un spectacle proprement hallucinant... Alors qu'il parcourait innocemment les vignes alentour pour une balade matutinale et revigorante, notre Ornaisonnais aperçut ce qu'il reconnut de prime abord comme étant quelques cornes de vaches déposées à même le sol. Intrigué par cette présence peu commune de défenses bovines dans une zone plus connue pour sa production de carignan ou de grenache que de salers ou de charolaises, notre curieux s'approcha et eut l'incroyable surprise de tomber sur une quantité non moins incroyable de ces cornes de bovidés ! Des comportes en étaient remplies entièrement et plusieurs centaines d'autres jonchaient le sol en un spectacle à la fois impressionnant et saisissant. N'ayant pas connaissance qu'un éventuel élevage bovin venait de s'installer dans la région et peu enclin à penser que toutes les férias de France et d'Espagne se débarrasseraient des cornes des taureaux combattus en une saison dans un champ audois, le promeneur alla faire part aux représentants de la Mairie de sa macabre découverte. Un adjoint au Maire à la sagacité reconnue et au courage affirmé fut dépêché sur place immédiatement. A l'issue d'une marche longue et périlleuse dans les champs hostiles avoisinants il découvrit, à son tour et à sa grande stupéfaction, le sinistre cimetière des cornes...

Heureusement, après une enquête menée avec tact, discrétion et internet par notre limier communal, la solution à ce que le village commençait déjà à appeler « le mystère des cornes de vaches » fut découverte. Il ne s'agit, en fait, que d'un procédé utilisé en viticulture biodynamique : les cornes de vaches remplies de fumier et enfouies dans le sol favorisent sa structuration, la vie microbienne et la formation de l'humus. Nantis de ces informations précises et vitivinicoles, nos concitoyens peuvent être rassurés sur la présence de ces vestiges bovins aux abords du village.

D'autres beaucoup moins...

De même, et c'est certainement un peu moins réjouissant, le village fut victime d'un vol peu commun. Un de nos concitoyens a découvert que l'une des tables de pique-nique installées dans le Pech avait été dérobée ! Par ailleurs, de nombreux témoins, habitants aux abords de la colline victime du larcin, affirmèrent avoir entendu des bruits vespéraux de tronçonneuse. Il s'agissait sans doute, hélas, du malfrat qui mettait à exécution la déplorable idée consistant à voler nuitamment une table et des bancs qui faisaient la joie des promeneurs depuis plus de six ans.

Il ne reste donc plus sur la zone de pique-nique que les bases des quatre pieds sectionnés, témoins aveugles et impuissants de la veule cupidité de certains de nos contemporains...

IMG_0085.JPG

 

Les commentaires sont fermés.