17.02.2012

Robert Riche dévoile son orgue de Barbarie

Riche.jpg

Trois cents heures de travail pour la fabrication, autant pour la mise au point, ces simples chiffres suffisent à mesurer ce que représente le superbe orgue de Barbarie aux yeux de son créateur, Robert Riche. Tout objet a, dit-on, une histoire, et celle de l’automatophone de notre concitoyen offre son lot d’originalité : c’est l’épouse du concepteur, qui, après avoir écouté un orgue, décide d’offrir à son mari un stage de fabrication de ce curieux instrument. Conquis et intrigué par son fonctionnement complexe, Robert Riche entreprend alors son œuvre avec persévérance et enthousiasme. « La construction d’un orgue, c’est l’école de l’humilité tant il faut de patience, d’erreurs, de recherche pour arriver à ses fins », précise celui qui passe donc une grande partie de ses loisirs à scier, coller, souder, emboîter les nombreuses pièces de ce puzzle millimétré. « La moindre approximation remet en cause le bon fonctionnement de l’instrument ; heureusement, j’ai rencontré, lors de différents festivals, d’autres passionnés qui m’ont aidé à perfectionner mon travail ». Décoré par Madame Riche, l’orgue ornaisonnais, actionné par une main ferme et experte, délivre ses mélodies en avalant les cartons perforés intitulés « Cadet Rousselle » ou encore « Dans le port d’Amsterdam ». Toujours prêt à partager sa passion, Robert Riche présentera son orgue aux enfants du centre de loisirs qui, justement, vont participer à une semaine de vacances « musicale » en février. A plus long terme, il aimerait également organiser dans le village un festival d’orgues, et attirer ainsi de nombreux curieux et amateurs passionnés comme lui. Pour l’heure, même si l’instrument délivre ses notes à la sonorité si particulière, son créateur songe déjà aux prochaines améliorations qu’il va lui apporter.

Photo : Robert Riche et son orgue

07:51 Publié dans Vie du village | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.