26.11.2011

Quand Jean-Pierre Grotti évoque Joaquin …

Grotti.JPG

Quand on naît de l’union d’un père émigré italien et d’une mère émigrée espagnole, on peut se sentir inspiré par le parcours d’un jeune espagnol pendant les années 30. Jean-Pierre Grotti, enfant d’Argens-Minervois, enseignant comme ses trois frères parce que ses parents en avaient décidé ainsi, a pris la plume pour faire vivre – ou revivre – Joaquin, qui réside dans un petit village du Sud de l’Espagne, élevé par une famille modeste mais qui ne connaît ni la faim ni la misère. Cette errance entre Espagne natale et France d’accueil, Jean-Pierre Grotti est venu la conter aux lecteurs de la bibliothèque, curieux de savoir comment s’était construite cette histoire qui a traversé les Pyrénées ; parce que beaucoup se sentaient concernés, faisant référence à l’histoire de leurs ancêtres, de leurs familles. La sensibilité de l’auteur est alors apparue en pleine lumière, et sa soif d’authenticité a accompagné un récit empreint d’émotions et d’humanisme. Le déchirement d’un exil, l’abandon de ce et de ceux qu’on aime, le regard d’hôtes trop souvent méfiants ont nourri ces échanges de bien belle manière. Comme un hommage à tous les Joaquin, comme pour mieux guérir le traumatisme du déracinement.

Photo : Jean-Pierre Grotti a captivé son auditoire

Les commentaires sont fermés.