13.04.2011

Fermeture d’une classe : le village gronde !

ecole_fermeture.jpg

C’est un maire en colère qui dénonce tout haut ce qu'il considère comme un mauvais coup porté aux efforts de la municipalité :

« Nous faisons de l'école une de nos priorités et nos actes le confirment ; avec le récent réaménagement du groupe scolaire pour un montant de 470 000 euros, nous avons doté les enseignants et les enfants des meilleures conditions possibles», tempête Jackie Casty.

Les raisons de cette colère, c'est l'annonce de la fermeture d'une classe à la rentrée prochaine. Si cette décision se confirme, la dernière enseignante arrivée devra laisser son poste et sa salle de classe flambant neuve. Pourtant, il y a quelques semaines à peine, une population enthousiaste inaugurait les nouveaux locaux en présence d'officiels qui ont tous loué l'engagement des élus.

 « Le gouvernement veut supprimer 16 000 postes d'enseignants ; Ornaisons est dans la liste noire, au même titre que Bizanet », ajoute le maire. Il est rejoint dans ses propos par Gilles Casty, adjoint délégué aux affaires scolaires, qui regrette que « l'état ne partage pas le même souci éducatif que nous ; la fermeture d'un poste ferait passer les effectifs de 21 à 27 enfants par classe à double niveau ; la qualité de l'enseignement n'est plus la même dans ces conditions. Quand on dit, haut et fort, comme le fait le gouvernement, que l'éducation est une priorité, il faut y mettre les moyens ! Nous sommes très près des effectifs de septembre 2010; de plus, pour les générations 2009 et 2010, les perspectives sont favorables, alors pourquoi cette fermeture ? ».

Du côté des parents d'élèves, la surprise a laissé la place à une très grande détermination. « Nous n'acceptons pas cette gestion purement comptable de l'éducation ;  nous avons aujourd'hui un groupe scolaire accueillant et une enseignante appréciée de tous ; pourquoi détériorer notre système éducatif alors qu'il faudrait au contraire concentrer de nouveaux moyens en direction des enfants ? », déclarait Yann Fodil, délégué des parents d’élèves ; des propos partagés par de très nombreux parents qui envisageaient dès mardi soir différentes actions de contestation. 

La nouvelle s'est répandue comme une traînée de poudre dans le village; au vu de la détermination affichée, des actions pourraient très rapidement faire entendre la voix de la colère sur la place publique. Affaire à suivre …

Photo : le 13 février, les officiels inauguraient l’école …

Les commentaires sont fermés.